Travel Hub Magazine https://travelhubmag.com Tourisme, Tech et Voyage Thu, 15 Nov 2018 01:41:41 +0000 en-US hourly 1 https://wordpress.org/?v=4.9.8 https://i1.wp.com/travelhubmag.com/wp-content/uploads/2016/09/cropped-favicon_travel_hub_magazine-1.png?fit=32%2C32&ssl=1 Travel Hub Magazine https://travelhubmag.com 32 32 113601820 Moneytis, comparer l’offre de transfert de devises https://travelhubmag.com/2017/05/moneytis-comparer-transfert-de-devises/ https://travelhubmag.com/2017/05/moneytis-comparer-transfert-de-devises/#comments Mon, 29 May 2017 09:45:51 +0000 https://travelhubmag.com/?p=3960 Temps de lecture : Retour sur le parcours de la startup Moneytis, qui développe un outil pour apporter plus de transparence et permettre la comparaison des services de transferts de devises entre pays. Lancée pendant l’été 2014 à Paris, l’équipe Moneytis est très mobile et se déplace pour saisir de nouvelles opportunités, Amsterdam, Lisbonne et […]

The post Moneytis, comparer l’offre de transfert de devises appeared first on Travel Hub Magazine.

]]>

Temps de lecture : 5 minutes

Retour sur le parcours de la startup Moneytis, qui développe un outil pour apporter plus de transparence et permettre la comparaison des services de transferts de devises entre pays. Lancée pendant l’été 2014 à Paris, l’équipe Moneytis est très mobile et se déplace pour saisir de nouvelles opportunités, Amsterdam, Lisbonne et maintenant San Francisco.

Comme la startup présentée précédemment, SkyLights, Moneytis est passée par l’accélérateur YCombinator. Christophe Lassuyt et Étienne Tatur, les deux fondateurs de la startup, ont tout fait en sorte pour être accompagnés par cette structure de renom.

L’outil de comparaison Money Transfer Is Simple s’adresse d’abord aux expatriés et aux sociétés évoluant sur des marchés aux devises distinctes. Deux catégories de clients confrontés au même problème, quel que soit le pays d’origine : comment trouver une solution économique et fiable pour transférer ses devises ?

Un marché fragmenté et des offres difficiles à comparer

À l’échelle du globe, il existe bien plus de prestataires financiers que de pays. Les législations changent d’une région à l’autre complexifiant encore la comparaison.

Du côté des technologies employées pour transférer des fonds, c’est là aussi un patchwork de solutions. Le système de paiement interbancaire européen SEPA est l’un des plus aboutis qui existe et facilite beaucoup pour le consommateur. Le fait que 19 pays membres du réseau SEPA utilisent une monnaie commune y est pour quelque chose, mais pas que puisque 9 autres pays membres utilisent leur devise nationale (Danemark, Suède, Royaume-Uni, etc.). La Suisse et la Norvège, deux pays qui ne sont pas membres de l’Union européenne, mais intégrés à l’espace économique européen, complètent la liste.

Ce n’est pas du tout aussi simple ailleurs.

L’équipe de Moneytis apprend constamment sur la pluralité des acteurs. La mobilité est très importante pour eux, pour créer de nouveaux partenariats et surtout pour bénéficier du meilleur accompagnement possible. Moneytis a successivement intégré L’ING Innovation Studio d’Amsterdam, avant de se relocaliser à Lisbonne pour prendre part au Lisbon Challenge. Ce parcours agile et une croissance solide les ont ensuite aidés à rejoindre le fameux programme YCombinator, basé dans la Silicon Valley.

Le manque de transparence, une brèche pour Moneytis

Avec un marché mondial fragmenté et des cadres règlementaires très différents, la comparaison entre différents prestataires de services financiers est difficile pour le consommateur. Ce problème se retrouve partout, seuls les acteurs changent en fonction du pays.

L’opacité est la ruse de choix pour certaines institutions financières. Pour masquer le coût réel d’un transfert d’argent, la pratique la plus répandue consiste à intégrer des frais de service (un montant fixe) incognito dans le taux de change. Le taux de change appliqué est bien inférieur à celui du marché. Ce qui complique les choses lorsqu’il s’agit d’estimer le coût réellement facturé pour un transfert.

Lorsqu’un business se rend compte du coût réel qui lui est facturé, la recherche d’alternatives est immédiate. C’est la que Moneytis doit délivrer, en proposant une comparaison claire, mais surtout chiffrée à l’aide d’exemple. La période actuelle prônant l’open data et la transparence donne un élan nouveau à des startups dans la fintech (technologie financière).

L’opacité du secteur et la manière de faire des acteurs historiques vont contrer l’intérêt des consommateurs. C’est par contre est une opportunité clé pour l’outil de comparaison. La saisir n’est pas aussi simple et c’est l’une des difficultés pour la startup, qui doit réussir à expliquer à l’utilisateur ce qu’il paie réellement par des exemples. Mais aussi en créant un lien de confiance avec ses utilisateurs. L’équipe Moneytis est super réactive et se rend toujours disponible au téléphone ou sur une messagerie web pour aider un nouvel utilisateur.

Moneytis team picture

Le moteur de comparaison développé par Moneytis

Peu d’intérêts pour les acteurs existants à communiquer leurs tarifs réels, pour que Moneytis soit en mesure d’avancer une estimation précise du coût de chacun il faut donc ruser.

Pour cela la startup teste chaque prestataire avant d’en lister les services, ce qu’elle a fait pour 308 d’entre eux. Les tests sont divers, l’objectif est de mesurer tous les frais, d’observer le taux de change appliqué (qui n’est jamais le même que le taux réel) et d’analyser la facilité d’utilisation d’un service (une note sur 10 lui est ensuite attribuée, cette page liste les services les plus connus).

Moneytis search box

La search box sur Moneytis

Le coût d’un transfert n’est qu’une de ses composantes. D’autres comptent beaucoup pour certains utilisateurs, la rapidité et la fiabilité d’un prestataire par exemple. Sur Moneytis les utilisateurs veulent aussi recevoir des alertes sur taux de change et tant que possible réaliser leur transfert sans être redirigé vers le prestataire, ce qui n’est pas encore possible pour tous.

Un service annexe utilisant la blockchain et les améliorations à venir

Organiser et apporter plus de transparence aux acteurs de cette industrie est une chose pour Moneytis. L’autre aspect c’est de prendre part au changement. Ou en tout cas la promesse de changement apportée par l’écosystème de la blockchain, le protocole sous-jacent à la divise Bitcoin. Cette technologie fonctionne de manière décentralisée et transparente et se prête bien aux valeurs de Moneytis.

Moneytis exemple transfert-devises France (EUR) vers Chine (CNY)

Les résultats pour la requête ci-dessus (envoyer 1000€ en Chine)

Le concept de blockchain peut s’expliquer comme suivant : imaginez un livre des transactions, chacun le stocke chez lui et peut y accéder en tout temps. Chaque nouvelle transaction correspond à l’écriture d’une nouvelle ligne qui entraine une mise à jour du livre pour tous. Toute transaction sur ce réseau est donc publique, ainsi la totalité des participants aux échanges peuvent en contrôler la validité et se passer d’une autorité centrale. Cette explication résume le concept de blockchain, elle n’est pas technique et omet volontairement certaines nuances.

Moneytis a développé un outil utilisant le concept de blockchain, qui “représente une petite part pour le moment [du volume total de transactions], mais permet des dizaines de transactions par mois pour des utilisateurs qui ont besoin d’une alternative en ligne moins chère que leur banque” d’après le CEO, Christophe Lassuyt.

Autre expérimentation, cette fois avec le bot messenger Neomy, qui propose aux utilisateurs des alertes sur taux de change et un suivi des devises. Il a séduit plus de 15000 utilisateurs de Moneytis.

Le business model et quelques données sur le comparateur

  • Moneytis peut se targuer d’une croissance très forte, 35% d’un mois sur l’autre en volume de transactions. Côté volume d’échange, la startup devrait dépasser les 100 millions de dollars transférés sur l’année.
  • Le service de comparaison se rémunère comme apporteur d’affaires aux services financiers avec lesquels il travaille, 50% des frais facturés par ces derniers sont reversés à Moneytis. Plus la place de marché apporte un volume d’affaires important, plus il lui sera possible de négocier cette rétribution favorablement (l’exemple dans le voyage avec Booking.com).
  • Une équipe de 7 personnes travaillent sur le comparateur Moneytis, dont 3 ingénieurs et 4 à des rôles de marketing/analyse de données.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Images : Unsplash et Moneytis.

The post Moneytis, comparer l’offre de transfert de devises appeared first on Travel Hub Magazine.

]]>
https://travelhubmag.com/2017/05/moneytis-comparer-transfert-de-devises/feed/ 1 3960
Bilan de la conférence Next Tourisme 2017 https://travelhubmag.com/2017/05/bilan-next-tourisme-2017/ https://travelhubmag.com/2017/05/bilan-next-tourisme-2017/#respond Sat, 27 May 2017 11:55:45 +0000 https://travelhubmag.com/?p=3963 Temps de lecture : La semaine dernière avait lieu à Paris la conférence Next Tourisme, axée sur le thème du e-commerce dans les secteurs Voyage et Tourisme. Plusieurs présentations et tables rondes ont ponctué cette journée, dont voici un retour détaillé (non exhaustif). Presentation Google sur les nouveaux usages numériques La conférence a débuté par […]

The post Bilan de la conférence Next Tourisme 2017 appeared first on Travel Hub Magazine.

]]>

Temps de lecture : 8 minutes

La semaine dernière avait lieu à Paris la conférence Next Tourisme, axée sur le thème du e-commerce dans les secteurs Voyage et Tourisme. Plusieurs présentations et tables rondes ont ponctué cette journée, dont voici un retour détaillé (non exhaustif).

Presentation Google sur les nouveaux usages numériques

La conférence a débuté par une intervention de Caroline Bouffault, à la tête de secteur Travel chez Google France.

Elle est revenue sur les efforts du géant de Mountain View dans le domaine : améliorations en chaine pour Google Flights, lancement de Google Trips et nouvelle jeunesse pour Google Translate. Aussi sur la manière par laquelle la société utilise-t-elle l’intelligence artificielle, et notamment le machine learning, au sein de tous ses produits. Cela en mettant à profit deux choses indispensables, dont la firme dispose en masse : des données et des processeurs puissants.

C’était le message à retenir, Google prévoit un futur autour du vocal, propulsé par l’intelligence artificielle et dont une composante permet la reconnaissance du langage naturel. Pour délivrer sur cette promesse, la firme veut l’ubiquité des assistants personnels (et du Google Now / Home plutôt que d’e l’Alexa, propriété d’Amazon) qui devront s’imposer au-delà du mobile (et déjà s’y imposer sur mobile, question de point de vue).

Pour conclure, Caroline Bouffault a rappelé les grands axes pour les acteurs du Travel. Tous sont archi connus, mais visiblement il reste du chemin pour les appliquer :

  • Rapidité, rapidité, rapidité. Raisonnez en millisecondes, les secondes de chargement font fuir vos utilisateurs.
  • Données, données, données. Tout le monde en parle et depuis longtemps. Reste que non ce n’est pas encore appliqué. Google militant de l’ouverture, les données doivent sortir de leur silo (au sein de l’organisation).
  • Agilité. Faites un peu plus comme Google, automatisez.

La présentation a mise en exergue les enjeux pour l’avenir, les challenges aussi. Cela s’est fait sentir par la suite, la fracture entre les acteurs purement technologiques et ceux plus traditionnels, qui souvent ne sont pas aussi équipés pour saisir les opportunités offertes par ses nouveaux outils.

Présentation des résultats d’un sondage conjoint entre KPMG et Next Tourisme.

Observatoire e-tourisme | Bilan Next Tourisme 2017

Crédit photo : Guillermo Gomez

C’est également ce qui ressort de l’étude KPMG – Next Tourisme (disponible ici). Il y a ceux qui participent au changement apporté par le numérique et il y a ceux qui tentent de s’adapter, malgré tout.

L’étude rassemble les réponses d’acteurs institutionnels et publics et de structures privés. C’est à garder à l’esprit et explique la difficulté à tirer profit des dernières évolutions technologiques pour les petites structures. Parmi les répondants, 84% de ceux institutionnels/publics ont moins de 49 salariés. La part n’est pas aussi écrasante pour les répondants issus du privé, 60% ayant moins de 49 salariés.

Distribution de voyages : Innovations technologiques et inflexions stratégiques

E-commerce distribution de voyage | Bilan Next Tourisme 2017

Crédit photo : Guillermo Gomez

Amadeus – L’intervenante du GDS a présenté l’une de ses filiales, Navitaire, oeuvrant au développement d’une interface de réalité virtuelle permettant la recherche et réservation de séjours.

C’est l’une des expérimentations pour le groupe Amadeus, le but étant d’éliminer les frictions avant la réservation, et permettre au prospect de s’immerger dans son futur voyage. Côté agent de voyage, ce doit être un outil d’aide à la vente. La brochure du futur ? Le voyageur ne veut plus de rupture, pas de frictions, rapidité et inspiration.

Voyage SNCF – Le premier site de e-commerce français voit dans les interfaces vocales le moyen de briser le formulaire de recherche classique. Le parcours d’achat pourrait ainsi commencer depuis n’importe où et pas seulement depuis un écran. Les appareils mobiles sont une source majeure de trafic pour la plateforme de réservation : ⅔ des 15M de ses 15M de visiteurs uniques mensuels en proviennent. Voyage-SCNF a profité de sa taille importe pour monter une équipe de 8 personnes dédiée à l’utilisation de l’intelligence artificielle et de la recherche vocale au sein de ses produits numériques.

eDreams Odigeo – Autre groupe de marques de voyages, autre utilisation de l’intelligence artificielle. eDreams utilise un outil développé en interne pour améliorer la personnalisation des emails à ses utilisateurs. La finalité est d’adapter complètement un funnel de vente en fonction des données personnelles d’un utilisateur. Pour l’instant la solution est​ surtout utilisée pour des produits de revenus additionnels (vente assurances, transferts en taxi, etc.) qui sont ajoutés en fonction du parcours client précédent.

Pierre et Vacances – Center Parks – Groupe le plus ancien de ce panel, ce qui implique des problématiques différentes. L’intelligence artificielle n’est pas encore au goût du jour, plutôt à partir de 2018. Le travail actuel se concentre sur les conversions sur web/mobile. Maëva.com – une marque ancienne que le groupe possède – sert de lab numérique et portail pour les expérimentations. Démarré avec une​ solution de gestion locative, le projet a été lancé suite au rachat d’une startup.

Airbnb – Opération séduction des millenials, la cible préférée des marketeurs. Cette démographie est aussi celle qui colle le mieux au concept de départ d’Airbnb, tourné sur le partage et un mode de voyage plus local.

Concernant Airbnb Trips, l’idée est d’entrer dans le reste du voyage avec des expériences locales et immersives. Partage, authentique et progressif sont les mots qui ressortent en boucle. Trips propose actuellement des activités dans une quinzaine de villes. Des activités de quelques heures, environ 1000 d’offres. Le taux de satisfaction est annoncé comme très important (aucun chiffre n’est donné). Les transports en avion viendront parfaire cette offre dans un futur proche.

Le marché chinois est aussi très important pour la startup de San Francisco. Airbnb y a adapté sa marque (le nom de marque utilisé en Chine est Aibiying) et lutte contre une concurrence forte des acteurs chinois, en tête desquels Tujia. Pour adapter l’offre de logements, le focus est mis sur les destinations régionales autour de la Chine continentale, destinations prisées des touristes millennials chinois.

Les chatbots utilisés par Skyscanner

Jonathan Sepulchre est venu présenter les efforts de Skyscanner autour des bots de conversations. Le comparateur de vols écossais ne fait pas les choses à moitié et propose à ces utilisateurs des bots accessibles sur Facebook Messenger et Skype. En plus d’en tester d’autres sur la plateforme d’Amazon, Alexa, et celle de Microsoft, Cortana.

L’expérience apportée par un chatbot est appréciée des utilisateurs de Skyscanner. D’après Jonathan Sepulchre une utilisation de ces outils dans le voyage permet la présentation de données (ou d’offres) de produits d’une manière nouvelle, et plus engageante ?

La chose n’est pas forcement aisé et l’enjeu consiste à maitriser une approche déstructurée. Le chatbot permettant à l’utilisateur plus de flexibilité dans ses requêtes que le traditionnel champ de recherche.

L’intervenant de Skyscanner est également revenu sur le processus de création de ces outils, qui utilisent des technologies développées par ceux qui construisent une plateforme de bots : Alphabet/Google (avec Google Home), Amazon (avec Alexa) et Facebook (avec Messenger). L’enjeu est donc d’intégrer les technologies de ces géants à ses propres produits et bases de données.

Le sur-mesure, les achats additionnels et sur place dans le e-commerce

Achats supplémentaires et sur mesure E-commerce | Bilan Next Tourisme 2017

Crédit photo : Guillermo Gomez

Ce panel a regroupé 5 intervenants des marques suivantes : MSC Croisières, Office du Tourisme et des Congrès de Paris, Evaneos, le Moontain Hostel et Payzen. Présenté sous forme de conversation, quelques extraits :

MSC Croisières – Les croisières ne sont pas le type de produits pas le plus simple à vendre en ligne (l’achat n’est pas récurrent et implique souvent beaucoup de questions de la part du client). Pour le moment environ 10% du CA global d’MSC Croisières passe par le web. Le téléphone reste un canal de vente encore important, idem pour les revendeurs ayant une boutique physique.

Office du Tourisme et des Congrès de Paris – Cet organisme édite le site Parisinfo.com et 4 points de vente physiques. Pour cet acteur institutionnel, l’essentiel du chiffre d’affaires se fait en ligne. Une très forte progression puisque cette part n’était que de 30% en 2014. Le site permet de réserver des activités de loisirs et de culture à Paris. Pour se différencier, notamment d’acteurs venus du web, l’accent est mis sur la flexibilité : les tickets vendus sont non datés. Le site est accessible en 5 langues en plus du français et 80% du trafic émane de primovisiteurs. Un autre point intéressant : Parisinfo s’est associé avec Alibaba pour toucher au plus près la clientèle chinoise, pas de partenariat encore avec Airbnb Trips qui pour l’instant est positionné de manière différente.

Moontain Hostel – Une auberge de jeunesse de montagne. Le concept repose beaucoup sur la saisonnalité. Pour cela elle propose plusieurs types d’hébergements en fonction de la personnalité du voyageur et de son type de séjour (entre amis, en famille, etc.). Une application mobile a été lancée pour collecter les goûts des hôtes et ensuite adapter le planning événementiel/ les activités offertes par l’auberge.

Evaneos – Agence en ligne proposant des voyages sur mesures, la marketplace propose le choix parmi 150 destinations. Le CEO d’Evaneos n’a pas manqué de souligner l’avantage à utiliser des agents de voyages bien humains plutôt que des bots à l’occasion d’une remarque sur Lola Travel, startup lancé par l’un des cofondateurs de Kayak. Le voyage sur mesure implique énormément d’échanges et de nuances dans les requêtes, ainsi c’est en moyenne 12 emails échangés par un client et son conseiller Evaneos entre le premier devis et la réservation finale.

Plus généralement ce qui est ressorti de ce panel c’est aussi le côté humain, rassurant, les développements de l’IA sont observés, mais les acteurs traditionnels mettent toujours en avant leur humanisme et professionnalisme.

L’utilisation de la VR par le Club Med

Le Club Med s’est penché sur une utilisation de la réalité virtuelle (des contenus vidéos à 360° pour être exact), pour sa dimension émotionnelle. Le but pour le groupe est de valoriser ses Clubs et activités, d’une manière innovante.

L’intervenant, Julien Lebreton, a insisté sur le besoin d’une narration adapté à ce nouveau format, qui vient avec quelques contraintes.

Au niveau des coûts de production, ils restent raisonnables pour le Club Med (aucun chiffre n’a été avancé), proches de ceux déjà engagés pour la mise en valeur des lieux du groupe (photographies et vidéos). C’est aussi dû au choix d’utiliser la vidéo à 360°.

Les futurs clients Club Med peuvent accéder à la présentation immersive d’un lieu de vacances dans tous les points de vente en propres du groupe. Les appareils utilisés sont des Samsung Gear VR, car plus facile d’utilisation pour les employés en boutique.

Une utilisation de ces contenus et casques est aussi faite lors de salons professionnels (ou d’événements), ainsi que lors d’actions de street marketing.

La startup iAdvize présente ibbu, solution de conseillers de vente

Le CEO, Adrien Duboc-Servan, de la startup nantaise iAdvize est venu présenter l’un de ses services : ibbu, une solution pour externaliser un service de support et d’aide à la conversion.

Le service repose sur de nombreux experts, tous des passionnés du domaine qu’ils couvrent, comme l’opératrice travaillant pour TUI/Marmara invitée par Adrien. Ces conseillers de ventes sont sélectionnés par iAdvize et la marque utilisant l’outil. Cette dernière participe aussi à les former (valeurs, produits, conseils).

Ibbu segmente les utilisateurs d’un site en diverses catégories, en vue de leur fournir le support le plus adapté possible. Cela passe aussi par le choix du canal de support le plus approprié, qui n’est pas toujours via la fenêtre de chat sur un site.

La solution Ibbu a séduit d’autres marques importantes du voyage : Air France, Voyages-SNCF ou encore Thalys.

Les données partagées par le CEO d’iAdvize traduisent d’une solution puissante pour les marques, voici quelques chiffres sur TUI/Marmara :

  • Un volume de ventes de 500000€ supplémentaires générés par les conseillers Ibbu/
  • 90% de satisfaction client.
  • 80% de taux de couverture soir et weekend.

Images : Next Tourisme.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

The post Bilan de la conférence Next Tourisme 2017 appeared first on Travel Hub Magazine.

]]>
https://travelhubmag.com/2017/05/bilan-next-tourisme-2017/feed/ 0 3963
SkyLights, la réalité virtuelle à bord des avions https://travelhubmag.com/2017/05/skylights-realite-virtuelle-avion/ https://travelhubmag.com/2017/05/skylights-realite-virtuelle-avion/#comments Wed, 17 May 2017 07:00:38 +0000 https://travelhubmag.com/?p=3945 Temps de lecture : Premier article sur Travel Hub Magazine pour mettre en avant une startup et en expliquer les débuts, en démarrant avec SkyLights. Cette startup franco-américaine met au point un système de divertissement utilisant la réalité virtuelle, conçu pour être utilisé par les passagers en avion. Présente dans notre dossier sur les utilisations […]

The post SkyLights, la réalité virtuelle à bord des avions appeared first on Travel Hub Magazine.

]]>

Temps de lecture : 4 minutes

Premier article sur Travel Hub Magazine pour mettre en avant une startup et en expliquer les débuts, en démarrant avec SkyLights. Cette startup franco-américaine met au point un système de divertissement utilisant la réalité virtuelle, conçu pour être utilisé par les passagers en avion. Présente dans notre dossier sur les utilisations de la réalité virtuelle dans le Tourisme, cet article présente la solution développée par SkyLights, déjà utilisée par plusieurs compagnies aériennes.

Une startup agile et globale depuis ses débuts

SkyLights est intéressante pour plusieurs raisons. Elle utilise une technologie émergente au sein d’un secteur à la recherche d’innovation, le transport aérien. Représentative d’une nouvelle génération de startups, aussi : elle s’adapte et se transforme en écoutant son marché, créée et améliore son produit par incréments successifs. Appliquant au mieux le motto de l’accélérateur YCombinator : “Make something people want”. Surtout, elle met à profit différentes régions du monde, chacune spécialisée dans un domaine.

Comme son marché cible, le transport aérien, SkyLights dépasse nos frontières. Avec un ancrage dans la Silicon Valley pour exploiter au maximum l’écosystème destiné aux startups, un autre à Toulouse, cluster de l’aéronautique. Deux endroits permettant un accès privilégié avec ingénieurs, investisseurs et cadres du transport aérien, tous nécessaires à l’avancement de la startup.

Lancée pendant l’hiver 2015, par David Dicko (CEO) et Florent Bolzinger (CTO). Deux entrepreneurs aux expériences complémentaires : l’un avec un passé de pilote de ligne, l’autre expert en biomécanique. SkyLights s’est fait accompagner par plusieurs incubateurs et accélérateurs renommés, dont Starbust et YCombinator. Ce dernier, réputé pour avoir aidé Airbnb et Dropbox à démarrer, a joué un rôle important pour sécuriser des fonds auprès d’investisseurs en janvier dernier.

Les lunettes de cinéma immersif SkyLights, divertissements et contenus en réalité virtuelle

SkyLights développe ses propres lunettes de cinéma immersif. La version actuelle, baptisée Bravo Evolution, est le fruit d’une dizaine d’itérations sur le modèle de départ. Chaque nouvelle version apporte son lot d’améliorations, la dernière permet une utilisation confortable pour les porteurs de lunettes de vue. Les lunettes de cinéma SkyLights sont composées d’un plastique soft-touch, qui facilite le nettoyage entre chaque utilisation, sans en sacrifier le confort.

“SkyLights gère les licences pour les contenus, s’occupe de la gestion du catalogue, met au point les casques et coordonne leur disponibilité aux bases de ses partenaires aériens.” – David Dicko, CEO de SkyLights.

SkyLights Bravo réalite virtuelle

La réalité virtuelle est une technologie émergente, les premiers appareils grands publics permettant de l’apprécier n’ayant été commercialisés qu’à partir de l’année dernière. Certains peuvent douter qu’une technologie aussi jeune ait sa place à bord d’avions commerciaux. C’est mal connaître l’industrie aérienne, tiraillée en permanence entre la maîtrise de ses coûts et le besoin récurrent de moderniser l’intérieur des cabines.

Concernant les contenus disponibles sur les lunettes immersives SkyLights, la startup a décroché un nouveau partenariat en avril dernier avec Global Eagle Entertainment (GEE) et sa filiale Entertainment in Motion, leadeur du licensing de contenus dans l’industrie aérienne. Pour l’usager à bord, c’est une garantie d’accès à des films récents, comme Moonlight ou LaLaLand.

La startup ne manque pas de choix côté catalogue, un de ses premiers investisseurs n’est autre que Comcast Ventures, filiale de capital-risque du premier câblo-opérateur américain, Comcast.

Les lunettes de réalité virtuelle embarquent pour l’instant un disque dur interne de 128GB, permettant de le rendre indépendant des IFE (In-flight entertainment), les écrans encastrés dans les sièges d’avions. Les lunettes immersives SkyLights permettent une immersion totale du reste de la cabine, l’idée est d’allier confort et qualité. Le casque n’utilise pas, par exemple, de capteurs de mouvements, pour éviter le mal des transports.

L’idée qu’un passager puisse amener son propre matériel de réalité virtuelle à bord n’effraie pas SkyLights. Pour cela la startup a développé un système complet autour de ses lunettes immersives, la solution est vendue clé en main aux compagnies aériennes.

Après plus de 250 vols de tests, une solution commerciale déployée clé en main pour les compagnies aériennes

Pour les transporteurs aériens SkyLights est un moyen d’améliorer le confort en cabine sans prendre beaucoup de risques. Tester l’appétence des usagers pour la réalité virtuelle comme moyen de divertissement, le casque permet de visualiser des contenus en 2D, 3D et 180°. La solution a séduit différents types de transporteur, allant d’XL Airways (qui l’utilise officiellement depuis le mois de février 2017) à la flotte corporate du groupe Saudi Aramco. D’autres tests ont lieu avec des compagnies portes-drapeaux, dont Air France.

SkyLights réalité virtuelle David_Dicko

Les lunettes de réalité virtuelle sont la pièce la plus visible du système de divertissement mis au point par SkyLights. Le reste touche aux contenus et à la logistique, tout un écosystème permettant une mise en place clé en main pour les compagnies aériennes intéressées. La startup l’a mis au point en un temps éclair, l’ensemble comptabilise des tests sur plus de 250 vols commerciaux, opérés par 7 compagnies différentes. Avec un grand succès puisque 90% de ceux l’ayant utilisé en ont été satisfaits et le recommandent. Et il n’est pas question d’une démo, le temps d’utilisation moyen à bord est de 4 heures, presque trois films de suite.

L’idée plaît aux transporteurs aériens, elle permet à la fois de générer de nouveaux revenus auxiliaires et de moderniser la cabine sans engager de frais ou temps d’immobilisation conséquents. L’utilisation à bord est soit facturée aux passagers (15€), soit offerte.

David Dicko évoque “[qu’]avec les retours de nos partenaires aériens, nous allons maintenant nous focaliser sur un modèle ou l’expérience SkyLights est offerte en complément des sièges en Premium Economy et Business”. C’est le nouveau focus pour l’équipe SkyLights, présenter son système de divertissement comme une solution de modernisation visant les passagers en cabines supérieurs. Pour les compagnies c’est un moyen innovant de se démarquer face aux concurrents.

De nouveaux partenaires aériens seront annoncés dans le courant de l’année. La Compagnie en fera peut-être partie, son rapprochement avec XL Airways et ses cabines uniquement composées de classe Business en font un partenaire particulièrement adapté pour SkyLights.

La réalité virtuelle dans l’avion, c’est viable ?

Les casques SkyLights sont actifs sur une quinzaine de vols journaliers (sur la flotte d’XL Airways et celle de Saudi Aramco). Les contrats d’utilisation liant SkyLights à ses compagnies aériennes partenaires permettent de dégager un revenu récurrent conséquent.

Images : Unsplash (couverture) et SkyLights.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

The post SkyLights, la réalité virtuelle à bord des avions appeared first on Travel Hub Magazine.

]]>
https://travelhubmag.com/2017/05/skylights-realite-virtuelle-avion/feed/ 1 3945
La Conférence Next Tourisme du 18 mai 2017 https://travelhubmag.com/2017/05/conference-next-tourisme-2017/ https://travelhubmag.com/2017/05/conference-next-tourisme-2017/#comments Wed, 10 May 2017 11:15:32 +0000 https://travelhubmag.com/?p=2323 Temps de lecture : La quatrième édition de Next Tourisme se déroulera à Paris le 18 mai prochain, Travel Hub Magazine y sera présent. Le programme se structure autour des thématiques liées aux relais de croissance, aux leviers de rentabilité et aux stratégies de distribution des décideurs du e-tourisme. L’événement 2017 rassemble une trentaine d’intervenants […]

The post La Conférence Next Tourisme du 18 mai 2017 appeared first on Travel Hub Magazine.

]]>

Temps de lecture : 2 minutes

La quatrième édition de Next Tourisme se déroulera à Paris le 18 mai prochain, Travel Hub Magazine y sera présent.

Le programme se structure autour des thématiques liées aux relais de croissance, aux leviers de rentabilité et aux stratégies de distribution des décideurs du e-tourisme. L’événement 2017 rassemble une trentaine d’intervenants importants dans ce secteur, parmi lesquels Amadeus, Accorhotels, Airbnb, Google, Skyscanner ou encore Voyages-SNCF.Conférence Next Tourisme Paris 2017

Les grands sujets tech du moment seront aussi à la tribune avec entre autres une présentation du Club Med sur son utilisation de la réalité virtuelle; une autre sur les tendances technologiques à l’horizon 2020 présentée par Caroline Bouffault (Directeur Tourisme et Transport chez Google France).

Un concours de startups est organisé pour clôturer la conférence. Deux catégories de participants seront présents : ceux en phase de lancement (Destygo, Postmii, VRlib) et ceux en période d’accélération (Holybag, Hostnfly, Meet the Locals). Chacun présentera son projet lors d’un pitch de 5 minutes, le jury et le public départagent ensuite les nominés lors d’un vote.

Le programme détaillé de la conférence Next Tourisme est disponible en ligne, la structure est reproduite ci-dessous. Pour réserver une place et assister aux discussions, rendez-vous sur cette page.

Programme de la journée et intervenants Next Tourisme 2017

E-Tourisme : Les tendances à l’horizon 2020 (9H)

Présentation par Caroline Bouffault (Google).

À la suite, une présentation des résultats de l’Observatoire de l’E-Tourisme 2017 par Jean-Pierre Valensi (KPMG).

Distribution de voyages : Innovations technologiques et inflexions stratégiques (9H40)

Discussion animée par Linda Lainé (L’Echo Touristique), avec Quentin Bacholle (eDreams Odigeo), Benoît Bouffart (Voyages-SNCF.com), Evantia Giumba (Amadeus), Benjamin Glaenzer (Airbnb) et Grégory Sion (Pierre & Vacances-Center Parcs).

Expérience client E-Tourisme : Les meilleures pratiques autour de 5 cas (11H10)

Présentation par Olivier Binisti (Adobe).

Acquisition, conversion, fidélisation : Réinventer sa stratégie e-commerce (11H30)

Discussion animée par Stéphane Loire (Next Content), avec Céline Bossanne (Huttopia), Éléonore Brizay (Louvre Hotels), Anne-Marie Goldenberg (easyJet), Blandine Aujoulet (Accorhotels) et Simon Sappey (Flixbus).

Chatbots : Quelles opportunités autour du conversationnel et de l’automatisation ? (12H30)

Étude de cas avec Jonathan Sepulchre (Skyscanner).

Mieux piloter et contrôler ses investissements marketing digitaux (14H10)

Présentation par Julie Caredda et Emmanuel Hembert (KPMG).

Sur-mesure, achats additionnels et sur place… Aller plus loin dans la vente en ligne (14H30)

Discussion animée par Nicolas Baudy (Innovigo), avec Éric La Bonnardière (Evaneos), Ofir Charbit (PayZen), Miranda Ford (MSC Croisières), Ariane Gallice (Office du Tourisme et des Congrès de Paris), Christian Salomon (Moontain Hostel).

L’immersion pour favoriser l’achat de voyages : Le cas Club Med (15H30)

Étude de cas avec Julien Lebreton (Club Med).

Tirer profit de communautés d’experts dans le Tourisme (15H40)

Présentation par Adrien Duboc-Servant (iAdvize).

Startup Contest 2017 (16H30)

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

The post La Conférence Next Tourisme du 18 mai 2017 appeared first on Travel Hub Magazine.

]]>
https://travelhubmag.com/2017/05/conference-next-tourisme-2017/feed/ 1 2323
Webby Awards 2017, les nominés de la sphère Tourisme et Voyage https://travelhubmag.com/2017/04/webby-2017-les-nomines-tourisme-et-voyages/ https://travelhubmag.com/2017/04/webby-2017-les-nomines-tourisme-et-voyages/#respond Tue, 11 Apr 2017 16:21:55 +0000 https://travelhubmag.com/?p=2280 Temps de lecture : Les nominés à la 21e cérémonie des Webby Awards viennent d’être annoncés. Retour sur ceux touchant à la sphère du Tourisme et des Voyages. Il reste 10 jours pour voter pour vos réalisations préférées. We’re THRILLED to announce our 21st Annual #Webbys Nominees! 🎉 View + VOTE for People’s Voice now […]

The post Webby Awards 2017, les nominés de la sphère Tourisme et Voyage appeared first on Travel Hub Magazine.

]]>

Temps de lecture : 4 minutes

Les nominés à la 21e cérémonie des Webby Awards viennent d’être annoncés. Retour sur ceux touchant à la sphère du Tourisme et des Voyages. Il reste 10 jours pour voter pour vos réalisations préférées.

Webby Awards, what ?

Les Webby Awards existent depuis une vingtaine d’années, ils récompensent les meilleurs produits et services issus du Web. Une cérémonie récompense les nominés ayant reçu le plus grand nombre de votes. Il est possible de voter pour les produits sélectionnés, après s’être inscrit, et ce jusqu’au 20 avril prochain.

On retrouve diverses catégories thématiques, dont plusieurs touchant à l’industrie du Tourisme. L’objet de cet article est de présenter les nominés dans ces catégories.

Site web : Voyage

  • Stargaze par The Weather Channel

Catalogue des endroits où il est encore possible d’admirer la Voie lactée. Le but de ce projet est l’éveil sur la “pollution lumineuse” induite par l’urbanisation et le développement des grandes villes.

Stargaze The Weather-channel homepage - Tenerife

Voir le site.

  • Le guide officiel de la ville de New York par New York & Company

Mini site mis au point par la ville américaine à destination de ses visiteurs. On y retrouve des guides pour chaque quartier de la ville ainsi que de nombreuses adresses.

Guide New York City homepage - Webby Awards 2017 Tourisme et Voyages

Voir le site.

  • Roads & Kingdoms

Moitié guide, moitié magazine. Roads & Kingdoms est une publication jeune de tout juste 2 ans qui se démarque avec des récits de voyage long formats. Les contenus publiés le sont en anglais.

Roads & Kingdoms homepage - Webby Awards 2017 Tourisme et Voyages

Voir le site.

  • Condé Nast Traveler

Le magazine de voyages du groupe de médias Condé Nast.

Condé Nast Traveler homepage - Webby Awards 2017 Tourisme et Voyages

Voir le site.

  • Lonely Planet

Des guides de voyages que l’on ne présente plus. Un redesign du site leur vaut cette nomination.

Lonely Planet homepage - Webby Awards 2017 Tourisme et Voyages

Voir le site.

Pour voter dans cette catégorie, suivez ce lien.

Advertising, media et PR : Tourisme et loisir

  • iFly50 par Born05 pour la compagnie aérienne KLM

Sélection de 50 destinations desservies par la compagnie néerlandaise ce site est un mini-concours invite à choisir en choisir 5.

Voir la campagne.

  • Singletrack Switzerland par Teton Gravity Research

Ce mini-site interactif fait la promotion des activités de plein air en Suisse. Plus particulièrement le récit d’une impressionnante descente en VTT dans les montagnes suisses. La compagnie aérienne Swiss est derrière cette campagne.

Voir la campagne.

  • L’art japonais dans un musée virtuel

Ce projet met en avant plusieurs artistes japonais dans un musée reconstitué en 3D et accessible depuis un navigateur web ou un smartphone. Une salle virtuelle (Art trip) met en avant 30 lieux liés à l’art au Japon. La compagnie aérienne All Nippon Airways (ANA) est derrière cette campagne.

Voir la campagne.

  • Promotion de la province canadienne de Terre-Neuve-et-Labrador

Un autre mini-site interactif. Le but est ici de promouvoir la visite d’une province canadienne, celle de Terre-Neuve-et-Labrador, au nord-est du Québec.

Voir la campagne.

  • L’hôtel Faena de Miami Beach

La refonte de site web des hôtels de luxe Faena (situés à Miami Beach et Buenos Aires). Celui de Miami Beach est situé à un bloc du Faena Forum, une salle de spectacle et d’exposition gérée par le groupe Faena.

Voir le site.

Pour voter dans cette catégorie, suivez ce lien.

Film et vidéo : Voyage et aventure

  • La websérie Hello World produite par Bloomberg

Le reporter Ashlee Vance (Bloomberg) parcoure la planète à la rencontre de ceux qui innovent, hors de la mythique Silicon Valley. Nous présentions l’épisode 6 sur l’Australie il y a de ça quelques mois.

Regarder la websérie.

  • Documentaire Vice : le miel népalais hallucinogène

Vice propose de nombreux contenus vidéos. Le plus souvent sur des thèmes peu couverts par les médias traditionnels. Ce documentaire d’une vingtaine de minutes porte sur le Népal et la production d’un miel bien spécial.

  • Airbnb Trips et le People-Powered Marketing

La campagne de lancement d’Airbnb Trips, à laquelle nous avons consacré un article, se démarque par ses protagonistes : des hôtes Airbnb présentent leur ville et culture.

Voir la page et les vidéos.

  • DiscoVR the World, tour du monde en réalité virtuelle (Samsung et son agence Cheil)

Une cabine de réalité virtuelle construite par Samsung et son agence de communication maison, Cheil. Le but est de faire découvrir quelques endroits du globe à l’aide de la réalité virtuelle. En plus d’un casque 3D, la cabine promet une immersion totale : sons, odeurs et souffle du vent y sont par exemple recréés.

  • La websérie Best of Rio du magazine Condé Nast Traveler

Une série de 11 épisodes articulée comme un voyage dans la ville brésilienne de Rio de Janeiro. Les épisodes sont courts (environ 2 minutes), mais présentent de nombreux aspects de la ville, sous le prisme du voyage.

Voir cette minisérie.

Pour voter dans cette catégorie, suivez ce lien.

Site mobile et application : Voyage

  • L’application de recherche de vols Hopper

En plus d’apporter du renouveau dans la manière de réserver un billet d’avion, l’application Hopper séduit par son design coloré.

Télécharger l’application.

  • L’application de visite guidée Detour

Partenaire d’Airbnb pour la plateforme Trips, l’application Detour propose des visites géolocalisées sous forme d’audioguides. Le meilleur ? Aucun besoin de faire 30 min de queue pour emprunter l’audioguide, les visites sont accessibles depuis un smartphone.

Hors villes américaines, des visites sont disponibles pour Londres, Paris, Berlin, Barcelone et Marrakech.

Télécharger l’application.

  • L’application de réservation d’hôtels Hotel Tonight

Hotel Tonight permet la réservation d’une chambre d’hôtel en dernière minute (jusqu’à 7 jours en avance).

Télécharger l’application.

  • La nouvelle application Airbnb

Airbnb a donné un coup de jeune à son application pendant l’année 2016, nouveau logo et identité graphique.

L’application Airbnb est disponible sur le store iOS et Android.

  • L’application Skyscanner

Idem pour Skyscanner qui a revu le design de son application en 2016. Elle reflète maintenant mieux les différentes offres de la startup et présente la recherche de vols, voitures de location et hôtel via une seule et même interface mobile.

Télécharger l’application.

Pour voter dans cette catégorie, suivez ce lien.

Mise à jour (mai 2017) : Les résultats sont disponibles sur cette page.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

The post Webby Awards 2017, les nominés de la sphère Tourisme et Voyage appeared first on Travel Hub Magazine.

]]>
https://travelhubmag.com/2017/04/webby-2017-les-nomines-tourisme-et-voyages/feed/ 0 2280
Financements des startups : Boom Supersonic, Tesla, SB Drive, Grab, Lyft et plus https://travelhubmag.com/2017/04/financements-startups-transports-mobilite-boom-tesla-sb-drive/ https://travelhubmag.com/2017/04/financements-startups-transports-mobilite-boom-tesla-sb-drive/#respond Mon, 10 Apr 2017 16:20:05 +0000 https://travelhubmag.com/?p=2226 Temps de lecture : Travel Hub Magazine publie un article hebdomadaire sur les nouveaux financements vers les startups de l’etourisme. Cette semaine nous présentons plusieurs deals ayant attiré notre attention dans les secteurs de la mobilité et des transports. Ce résumé fait suite à celui du 20 mars et à celui sur le Tourisme et […]

The post Financements des startups : Boom Supersonic, Tesla, SB Drive, Grab, Lyft et plus appeared first on Travel Hub Magazine.

]]>

Temps de lecture : 6 minutes

Travel Hub Magazine publie un article hebdomadaire sur les nouveaux financements vers les startups de l’etourisme. Cette semaine nous présentons plusieurs deals ayant attiré notre attention dans les secteurs de la mobilité et des transports. Ce résumé fait suite à celui du 20 mars et à celui sur le Tourisme et les hébergements du 5 avril.

Transports et mobilité

Boom Supersonic

“À long terme, l’objectif est de relier n’importe quelle ville dans le monde en moins de cinq heures” (Blake Scholl)

Bel effet d’annonce pour ce projet d’avion commercial, hors normes. Composée d’une trentaine d’ingénieurs du monde de l’aéronautique, la startup Boom Supersonic s’attèle à la conception d’un avion supersonique. Si l’engin arrive au terme de son développement et passe des tests concluants, il pourrait être 2,5 fois plus rapide que les avions de ligne classiques. Cette vitesse permettrait de joindre New York à Londres en 3h15.

Ce projet d’avion supersonique commencé en 2014 avance vite, mais reste à plusieurs années d’une éventuellement commercialisation. La startup veut profiter des dernières avancées technologiques pour permettre de baisser les coûts d’exploitation (et de développement) d’un avion supersonique. Le dernier avion de ce type, le Concorde, était très gourmand en carburant. Depuis le retrait de l’avion européen, aucune entreprise ne s’est penchée sur ce défi technologique, aucun avion supersonique n’existe pour une exploitation commerciale.

C’est la seconde levée de fonds pour Boom Supersonic. Un groupe de 5 investisseurs, menés par le fonds 8VC, participent à cette Series A et apportent 32 millions de dollars. Le capital doit permettre le développement d’un second prototype (The Demonstrator, un avion à l’échelle 1/3) et la réalisation de tests.

Source : Boom.

Tencent investit dans Tesla Motors

La maison mère de WeChat prend une participation dans le constructeur de véhicules électriques

Le groupe technologique chinois Tencent, connu pour être l’éditeur de la messagerie WeChat, vient d’investir dans le constructeur de véhicules électriques Tesla Motors.

Sans rapport apparent entre les deux business, Tencent réalise des investissements très variés. Dont plusieurs récents vers des solutions de mobilité comme Mobike et Didi Chuxing.

Il y a à peine une semaine, Tesla Motors a dépassé General Motors en terme de valorisation boursière. Étape significative, mais qui ne doit pas aveugler sur une réalité. Tesla n’a pas complètement fait ses preuves, notamment pour la production en masse de la Tesla Model 3. La société s’est fixé comme objectif la livraison d’au moins 500000 véhicules sur l’année 2017. Elle en a livré 76230 en 2016, encore très loin des 9965238 véhicules écoulés par les différentes marques du groupe General Motors.

Source : SEC.

SB Drive

Nouvel entrant dans le secteur des véhicules autonomes

SoftBank est un fonds d’investissement majeur au Japon, diversifié, mais avec un appétit certain pour les nouvelles technologies.

SB Drive, créée en 2016 sous l’impulsion de SoftBank et d’Advanced Smart Mobility, une société effectuant de la recherche et développement vers les véhicules autonomes. SB Drive reçoit son premier tour de financement, en provenance de sa maison mère (SoftBank) et Yahoo! Japan (qui est une entité séparée du Yahoo! américain). Le montant levé s’élève à 510 millions de yens (soit environ 4,3M€).

Le projet SB Drive vise à mettre au point des bus capables de se déplacer en autonomie, au départ sur des routes aménagées à cet effet. Les tests doivent commencer durant le milieu de l’année 2018. Quatre municipalités japonaises sont partenaires.

Source : SoftBank.

Grab

Le réseau de VTC se prépare à une concurrence accrue face à Uber et GoJek.

D’après Bloomberg, Grab, leadeur des VTC en Asie du Sud-Est, cherche à lever à nouveau de l’argent. Rien d’étonnant si ce n’est le montant. L’article parle d’1,5 milliard (dollars) et SoftBank serait l’investisseur de tête.

Si cette levée de fonds aboutit, elle sera la plus importante d’Asie du Sud-Est. Grab en a déjà réalisé une massive en septembre dernier, 750 millions de dollars (703M€), valorisant la startup à 3 milliards de dollars.

Fin Mars, le réseau de VTC s’est étendu à un septième pays : la Birmanie.

Source : Bloomberg.

Lyft

Le moment de capitaliser sur la mauvaise image d’Uber

D’après le Wall Street Journal, Lyft, la plateforme de VTC américaine, est sur le point de finaliser une nouvelle levée de fonds.

L’article avance un montant de 500 millions de dollars (470M€), portant la valorisation de Lyft à 7,5 milliards de dollars (environ 7 Mrd€).

La période est bénéfique pour Lyft, son principal concurrent, Uber, se trouve empêtré dans divers scandales ternissant son image : révélations d’une culture interne sexiste, les départs de plusieurs cadres de son top management et le début d’une bataille juridique avec Waymo (la filiale d’Alphabet/Google travaillant au développement d’un véhicule autonome). Ce dernier point pouvant anéantir la division R&D (aussi sur les véhicules autonomes) d’Uber.

Lyft s’est construit une image de marque bien différente. Contrairement à son principal concurrent, l’équipe de management de Lyft ne s’illustre pas dans la presse pour ces excès. Son business se concentre uniquement sur le marché américain, où elle veut étendre la présence de son service à une centaine de villes.

Source : WSJ (article payant).

Drivemode

L’app Android pour automobilistes accueille Panasonic comme nouvel investisseur

Cette application permet au conducteur d’un véhicule d’interagir avec son smartphone. Elle est disponible uniquement sur Android. L’app a été téléchargée près de 1 million de fois et utilisée dans 180 pays d’après ses fondateurs.

Ce tour de table Series A apporte 6,5 millions de dollars (6,1M€) à Drivemode. Panasonic est l’investisseur principal, suivit par cinq autres.

C’est un investissement stratégique pour Panasonic, entre autres producteur d’équipements pour les véhicules automobiles (systèmes audio, batteries, etc.), qui veut profiter de la base des utilisateurs de Drivemode et permettre des intégrations avec les produits développés pour les constructeurs automobiles.

Source : TechCrunch.

Autotalks

Semi-conducteur pour les futurs véhicules autonomes

Depuis sa création en 2008, cette startup israélienne met au point des puces électroniques devant permettre à plusieurs véhicules de communiquer entre eux. Dans un futur proche, une technologie de ce genre sera nécessaire à l’émergence de véhicules entièrement autonomes. L’application première étant d’éviter les collisions.

Du fait de la technicité de son offre, Autotalks est peu connue du grand public. Sa technologie est pourtant vouée à équiper de nombreux véhicules, elle est déjà partenaire du constructeur allemand Audi.

Source : Autotalks.

Deepscale

Un système de vision pour les futurs véhicules autonomes

Cette startup américaine veut, elle aussi, se tailler une place dans le marché émergeant des véhicules autonomes. Là encore, les systèmes qu’elle développe sont très techniques. Deepscale concentre ses recherches sur l’amélioration des capacités de calcul de processeurs informatiques. Et ce en vue d’améliorer la manière dont un véhicule perçoit l’environnement qui l’entoure.

L’équipe derrière Deepscale est composée d’anciens chercheurs de l’université UC Berkley. La startup annonce un premier tour de table conséquent : 3 millions de dollars d’amorçage (Seed) (2,83M€). Les fonds sont apportés par les fonds Bessemer Venture Partners, Greylock, Autotech Ventures ainsi que plusieurs business angels.

Source : TechCrunch.

Travelaer

TravelPass et Conversational, deux outils pour les compagnies aériennes.

Cette startup française évolue dans le domaine des services pour l’industrie aérienne. Crée par d’anciens d’Amadeus, Travelear s’est établie non loin du centre de recherche d’Amadeus, à Biot.

Travelear développe deux produits distincts pour l’industrie de l’aérien : TravelPass et Conversational.

Le premier vise à aider les compagnies aériennes à unifier leur expérience de réservation, au travers de multiples appareils. Le second est un système de conversation, les partenaires l’utilisant peuvent gérer différents genres de requêtes clients via une messagerie. C’est le cas d’Icelandair, qui l’utilise pour permettre à ses clients de réserver un vol ou simplement recevoir une carte d’embarquement sur Facebook Messenger.

La startup annonce une levée de fonds de 4,3 millions d’euros, apportés par Entrepreneur Venture et Pleiade Venture. Les investisseurs historiques de Travelear y participent également, il s’agit d’Alderville et de Calypso Capital. Cette levée doit permettre une expansion géographique, la startup cherchant à nouer de nouveaux partenariats dans l’aérien.

Source : Travelear.

Bus.com

Sharethebus devient Bus.com

Cette startup canadienne est derrière un marketplace à destination des organisateurs d’événements. Le but? Mettre en relation sociétés de transports et organisateurs, en vue de proposer une solution de transport par autocar.

La startup vise le marché de l’événementiel (du type mise en place d’un trajet en bus d’une gare vers un festival, un événement sportif, etc.) et plus largement du transport de groupe. Elle annonce avoir assuré le transport de 100000 personnes depuis sa création en 2015 (les passagers sont effectivement transportés par les partenaires de Bus.com, des PME dans le transport de personnes).

Bus.com reçoit 5 millions de dollars dans le cadre de sa Series A (4,72M€), apportés par Jackson Square Ventures et la filiale d’investissement du constructeur automobile BMW, BMW i Ventures.

Source : Bus.com.

L’ensemble de nos articles sur les investissements dans la mobilité, le tourisme et les transports, sont à retrouver ici.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

The post Financements des startups : Boom Supersonic, Tesla, SB Drive, Grab, Lyft et plus appeared first on Travel Hub Magazine.

]]>
https://travelhubmag.com/2017/04/financements-startups-transports-mobilite-boom-tesla-sb-drive/feed/ 0 2226
Financements des startups : Hotel Tonight, PlacePass, Ixigo, Hundredrooms, Adrenaline Hunter et VeryChic https://travelhubmag.com/2017/04/startups-hotel-tonight-placepass-hundredrooms-adrenaline-hunter/ https://travelhubmag.com/2017/04/startups-hotel-tonight-placepass-hundredrooms-adrenaline-hunter/#respond Wed, 05 Apr 2017 16:12:48 +0000 https://travelhubmag.com/?p=2251 Temps de lecture : Travel Hub Magazine publie un article hebdomadaire sur les nouveaux financements vers les startups des secteurs de l’etourisme, de la mobilité et des transports. Cette semaine notre article est séparé en 2, celui-ci porte sur le tourisme, les solutions d’hébergements et les activités touristiques. Cet article fait suite à celui du […]

The post Financements des startups : Hotel Tonight, PlacePass, Ixigo, Hundredrooms, Adrenaline Hunter et VeryChic appeared first on Travel Hub Magazine.

]]>

Temps de lecture : 5 minutes

Travel Hub Magazine publie un article hebdomadaire sur les nouveaux financements vers les startups des secteurs de l’etourisme, de la mobilité et des transports.

Cette semaine notre article est séparé en 2, celui-ci porte sur le tourisme, les solutions d’hébergements et les activités touristiques. Cet article fait suite à celui du 20 mars.

Hotel Tonight

Réservation de chambres d’hôtel en dernière minute

Cette application de réservation participe à façonner deux tendances de l’industrie de l’etourisme : les réservations sur mobiles et de dernières minutes. Elle a prouvé la viabilité des réservations sur mobiles depuis son lancement fin 2010.Hotel Tonight homepage iphone

Cela ne s’est pas fait sans accros, au niveau de la rentabilité du business surtout. Fin 2015 la startup était en discussion pour être racheté par un des leaders de l’etourisme, le groupe Priceline. Le deal ayant échoué, Hotel Tonight n’avait qu’une option : parvenir à la rentabilité le plus rapidement en vue de lever à nouveau de l’argent. Objectif atteint, sur l’année 2016 la startup est devenue profitable et a réalisé pour 300 millions de dollars de réservations (280M€). L’année 2017 sera celle d’une compétition accrue avec les géants du secteur (Airbnb, Priceline, Expedia et Ctrip).

Pour continuer sur cette lancée, Hotel Tonight annonce une sixième levée de fonds auprès d’Accel Partners, suivi par huit autres investisseurs. Le montant s’élève à 37 millions de dollars (environ 34 millions d’euros) et porte le total des financements reçus à 117 millions (environ 107,8 millions d’euros). La startup voit sa valorisation augmenter, maintenant évaluée à 400 millions de dollars.

Source : Hotel Tonight.

Marriott investit dans PlacePass

Plus de données pour améliorer les programmes fidélités Marriott

PlacePass homepage

Skift rapporte que le groupe hôtelier Marriott prépare à investir dans un moteur de recherche et réservation d’activités touristiques, PlacePass. Créée il y a 2 ans, cette plateforme présente 800000 activités sur 800 destinations.

Le groupe Marriott (30 marques et 6000 hôtels dans le monde) prévoit d’utiliser les données issues de PlacePass pour améliorer ses programmes de fidélité SPG Moments et Marriott Experiences. Et à terme améliorer son positionnement dans la vente d’activités, secteur très fragmenté qui intéresse d’autres acteurs du tourisme, comme Airbnb et sa plateforme Trips.

Le montant de cet investissement n’a pas été communiqué, il est prévu qu’il s’intègre à la future Series A de PlacePass, dont Marriott sera l’investisseur de tête.

Source : Skift.

Ixigo

App mobile de réservation en Inde

Ixigo homepage

Cette startup indienne est basée dans la ville Gargaon, proche de Delhi. Elle développe un portail de réservation pour le marché indien.

La particularité d’Ixigo : une offre étendue, l’outil présente des résultats pour la réservation de chambres d’hôtel, des activités, billets d’avion, de train et de réservation de taxis.

Cette levée de fonds Series B permet à la startup indienne de récolter 15 millions de dollars (mix d’equity et de notes convertibles) apportés par Sequoia Capital et Fosun Kinzon Capital.

Côté chiffres, 80% des utilisateurs utilisent Ixigo via l’une de ses applications mobiles (68% des transactions sont finalisées sur mobile). Ixigo revendique 9 millions d’utilisateurs mensuels.

Source : Tnooz.

Hundredrooms

Metasearch pour les locations de vacances

Hundredrooms homepage

Un outil de comparaison du type metasearch, c’est à dire qui agrège des contenus provenant de différentes sources et redirige vers un vendeur pour la finaliser transaction.

La startup espagnole HundredRooms l’applique pour les locations de vacances. Elle agrège les résultats de Booking, Trip Advisor, 9flats, Wimdu ou encore HomeAway. HundredRooms s’est jusqu’à maintenant focalisée sur les destinations hispanophones.

Elle annonce sa troisième levée de fonds, apportant 4 millions d’euros et menée par Seaya Ventures. Les fonds serviront à financer le développement de l’outil, et à intensifier les efforts sur de nouveaux marchés (Royaume-Uni, France, Italie et Allemagne).

Source : Annonce HundredRooms.

OneTwoTrip

Plateforme russe de réservation (Hotels/Appartements, train, avion, voiture et assurances)

OneTwoTrips homepage

Nous parlions de OneTwoTrips en février dernier. La startup russe vient d’annoncer une nouvelle levée de fonds, cette fois-ci auprès de la Banque Saint Persburg.

Cette levée de fonds apporte 3 millions de dollars (2,8 en euros) à OneTwoTrips, qui en échange cède une participation minoritaire de son capital (la part exacte n’est pas communiquée). Cela porte le montant total levé auprès d’investisseurs à 48,3 millions de dollars (45,3 en euros).

Créée en 2011, OneTwoTrip s’est imposée comme la plus importante plateforme de voyage sur le marché russe. Booking.com y est également présent, mais ne bénéficie pas du même ancrage dans le pays. D’autres startups russes visent le marché de l’hébergement, comme Ostrovok. Seul OneTwoTrip dispose d’un inventaire aussi large et permettant de servir les multiples besoins d’un voyageur.

L’année 2016 a vu apparaitre les premiers packages “Vol + Hôtel” en Russie, lancé par OneTwoTrip l’été dernier. Une version de la plateforme adaptée aux voyageurs business a été lancée en décembre de la même année.

Source : Bank Saint Petersburg.

Adrenaline Hunter

Marketplace d’activités outdoor & sports extrêmes

Adrenaline Hunter homepage

Adrenaline Hunter est une startup française proposant la réservation d’activités en plein air. Sports de glisse, parapente et canyoning sont quelques-unes des activités proposées.

C’est la seconde levée de fonds pour la startup, le montant est de 600000 euros, identique à celui levé au printemps 2016. Les fonds sont apportés par un groupe de business angels français.

Cela doit permettre à Adrenaline Hunter de continuer son développement, dans l’attente d’une levée plus conséquente cet été. Il est prévu d’améliorer l’interface destinée aux partenaires (ceux qui proposent/encadrent les activités), et de doubler le nombre d’activités disponibles (de 2500 aujourd’hui, l’objectif est fixé à 5000 activités pour fin 2017).

Source : Maddyness.

Accor Hotels rachète VeryChic

Une acquisition supplémentaire pour le groupe hôtelier

VeryChic homepage

Le groupe hôtelier français met à nouveau la main au portefeuille pour acquérir une startup et rachète VeryChic, un site proposant des hébergements hauts de gamme et fonctionnant sur le principe des ventes privées/flash. Le montant de cette transaction n’est pas précisé.

Ce nouvel outil de distribution vient s’intégrer dans la stratégie de montée en gamme du groupe hôtelier, celui-ci ayant ajouté plusieurs marques d’hôtels de luxe à son porte-folio. Toutes marques (et gammes) confondues, Accor possède 4000 hôtels à travers le monde.

Les dernières acquisitions en date : Onefinestay (avril 2016, pas à proprement parler une marque hôtelière, dispose de biens de locations luxueuses), le rachat du groupe FRHI (composé des marques Fairmont, Raffles et Swissotel, ce rachat a été validé en juillet 2016). En mars, le groupe a également annoncé s’associer à Rixos Hotels (qui dispose de 20 propriétés en Turquie et au Moyen-Orient).

VeryChic sera un canal de distribution supplémentaire pour les marques Accor. Créée en 2011 elle annonce avoir 5 millions de membres ainsi que 3000 hôtels partenaires.

Source : Groupe Accor (annonce PDF).

L’ensemble de nos articles sur les investissements dans le tourisme, l’hébergement et le digital sont à retrouver ici.

Image de couverture : Alexander Videnov/Unsplash.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

The post Financements des startups : Hotel Tonight, PlacePass, Ixigo, Hundredrooms, Adrenaline Hunter et VeryChic appeared first on Travel Hub Magazine.

]]>
https://travelhubmag.com/2017/04/startups-hotel-tonight-placepass-hundredrooms-adrenaline-hunter/feed/ 0 2251
Sélection de 6 startups sortant de Y Combinator (Winter 2017) https://travelhubmag.com/2017/03/selection-startups-ycombinator-winter-2017/ https://travelhubmag.com/2017/03/selection-startups-ycombinator-winter-2017/#respond Wed, 22 Mar 2017 18:15:11 +0000 https://travelhubmag.com/?p=2060 Temps de lecture : Les startups ayant participé à la session d’hiver 2017 de Y Combinator présentent leurs produits devant un parterre d’investisseurs depuis lundi dernier. Parmi les 103 startups ayant présenté, j’en ai sélectionné six touchants aux secteurs de la connectivité, de la mobilité et des transports. WTF c’est quoi Y Combinator (YC) ? […]

The post Sélection de 6 startups sortant de Y Combinator (Winter 2017) appeared first on Travel Hub Magazine.

]]>

Temps de lecture : 4 minutes

Les startups ayant participé à la session d’hiver 2017 de Y Combinator présentent leurs produits devant un parterre d’investisseurs depuis lundi dernier.

Parmi les 103 startups ayant présenté, j’en ai sélectionné six touchants aux secteurs de la connectivité, de la mobilité et des transports.

WTF c’est quoi Y Combinator (YC) ?

En quelques mots, un accélérateur de startups très performant. Reconnu comme un des meilleurs dans le domaine, beaucoup s’en inspire, mais peu arrivent (encore ?) à égaler ses performances.

Airbnb et Stripe sont deux exemples de startups ayant démarré avec l’aide de YC, elles font partie des plus belles réussites issues de ce programme d’aide aux entrepreneurs (qui agit aussi comme investisseur).

Les startups de la session #1

Tizeti / Wifi.com.ng – Fournisseur d’accès à Internet au Nigéria

La grande majorité du trafic web en Afrique passe par le mobile. Au Nigéria les smartphones représentent 76% des connexions (source). Les ordinateurs personnels sont moins utilisés et les télécoms posent de nombreuses restrictions sur le volume de données qu’il est possible de consommer.

Wifi.com.ng a mis au point une antenne WiFi permettant de fournir une connexion internet rapide (de 5Mbps à 1Gbps) et en illimité. Celle-ci est alimentée à l’aide de panneaux solaires. Ce pour un prix annoncé comme 30% inférieur à celui des abonnements mobiles. Tizeti veut devenir un fournisseur internet fiable au Nigéria, puis s’étendre à d’autres pays du continent africain. Les installations actuelles sont toutes localisées à Lagos, capitale du Nigéria.

Données sur le business : Dispose actuellement de 35 antennes (la majorité dans la capitale, Lagos). La startup annonce 1,2 million de dollars de revenu récurrent annuel (ARR en anglais), avec une croissance de 25% d’un mois sur l’autre.

Wifi Dabba – Réseau WiFi accessible par carte prépayée

Une approche différente, Wifi Dabba met au point un réseau d’antennes/box WiFi, accessibles depuis de petits commerces (petites épiceries, salons de thé, etc.). La startup concentre ses efforts sur la ville de Bangalore, au sud de l’Inde. Étendre le réseau à d’autres villes indiennes est prévu.

C’est le commerçant qui ensuite vend l’accès à la box wifi, comme il le ferait pour des cartes de recharges téléphoniques.

Données sur le business : Wifi Dabba annonce rentrer dans ses frais après 4 mois d’utilisation d’une box. Elle se rémunère avec une commission de 30% sur les forfaits vendus.

Wifi Dabba Inde - Y Combinator (Winter 2017)

Token Transit – Paiements mobiles pour les transports publics américains

Un moyen de moderniser l’achat de titres de transports, Token Transit permet aux régies de transports d’accepter les paiements via mobile pour l’achat de tickets.

Le bienfait avancé de ce système : réduire le nombre de machines nécessaires à la vente de tickets (couteux en maintenance).

Données sur le business : La startup a signé des partenariats avec 8 agences américaines de transports publics. Le service est fonctionnel dans la ville de Reno dans l’État du Nevada, où il est utilisé par 7% des usagers.

Token Transit ticket transports mobile - Y Combinator (Winter 2017)

Les startups de la session #2

Wright Electric – Recherches et développement d’un avion commercial électrique

Cette startup s’attèle au développement d’un avion électrique, qui pourrait devenir le premier avion commercial de ce type. Le projet parle d’un avion d’une capacité de 150 places et vise des trajets courts, Paris – Londres est donné en exemple. L’évolution, ou non, des technologies de batteries comptera pour beaucoup. Dans le cas où elles évoluent peu, l’avion sera hybride.

Wright Electric veut positionner son avion comme une alternative au Boeing 737 (et à l’Airbus A320 vraisemblablement). Ces deux avions sont très prisés des low-cost européennes comme Easyjet, Ryanair ou encore Norwegian. Et ce, entre autres, pour leur basse consommation comparée à d’autres modèles d’avions. L’électrique permettrait encore de réduite la note.

Le chemin est encore long et la startup devra faire face à la concurrence des constructeurs historiques, eux aussi intéressés par le développement d’avions électriques. C’est le cas d’Airbus avec son avion E-Fan, bien que celui-là vise un marché très différent.

Données sur le business : Wright Electric a annoncé un partenariat avec la compagnie Easyjet, intéressée par le projet. Un prototype de plus petite échelle doit être testé cette année.

Wright Electric avion prototype - Y Combinator (Winter 2017)

Moneytis – Quel est le moyen le moins cher d’échanger des devises ?

Ce service vise à fournir un moyen de comparaison entre les différentes solutions de transfert de devises.

Moneytis récolte quelques précisions sur le besoin (recevoir l’argent sur un compte ou via une agence, le délai souhaité, etc.) et présente ensuite plusieurs options de transferts. Parmi les options : banques de détail traditionnelles, Western Union, TransferWise.

Données sur le business : Sur les 10 dernières semaines, Moneytis a transféré un total de 3 millions de dollars (environ 2,8 millions d’euros) pour le compte de ses premiers utilisateurs.

Moneytis comparateur transfert devises - Y Combinator (Winter 2017)

Lvl5 — Cartographie de précision pour les futurs véhicules autonomes

Les freins au développement de véhicules autonomes sont nombreux, l’un d’eux est le coût des capteurs nécessaires au véhicule pour se repérer dans l’espace.

Le nom de la startup lvl5 fait référence au niveau d’autonomie maximum visé par les constructeurs. Le niveau 5 signifie l’autonomie complète d’un véhicule. Les niveaux précédents requierent la présence d’un conducteur derrière le volant, devant être prêt à reprendre le contrôle du véhicule à tout moment.

Au lieu de se reposer sur l’utilisation de capteurs LiDAR très précis, mais onéreux, Lvl5 veut employer des caméras bon marché et un logiciel permettant de reconstruire l’environnement du véhicule en 3D. Et ce à partir d’objets présents de manière récurrente sur les routes (poteaux, signalétique, etc.) À ce stade, très peu de précisions sont apportées sur la méthode.

Données sur le business : Lvl5 veut laisser son outil en accès gratuit, et se rémunérer sur l’accès à ses données de cartographie.

Lvl5 cartographie vehicules autonomes - Y Combinator (Winter 2017)

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

The post Sélection de 6 startups sortant de Y Combinator (Winter 2017) appeared first on Travel Hub Magazine.

]]>
https://travelhubmag.com/2017/03/selection-startups-ycombinator-winter-2017/feed/ 0 2060
Financements des startups : Generator Hostels, Rezdy, Zehus, Fazua, LimeBike et Voopter… https://travelhubmag.com/2017/03/financements-startups-generator-hostels-rezdy-zehus-fazua-limebike/ https://travelhubmag.com/2017/03/financements-startups-generator-hostels-rezdy-zehus-fazua-limebike/#comments Mon, 20 Mar 2017 22:53:52 +0000 https://travelhubmag.com/?p=2045 Temps de lecture : Travel Hub Magazine publie un article hebdomadaire sur les nouveaux financements vers les startups des secteurs de l’e-tourisme, de la mobilité et des transports. Cette semaine nous présentons 12 deals ayant attiré notre attention, dont plusieurs dans les secteurs des transports et de la mobilité. Ce résumé fait suite à celui […]

The post Financements des startups : Generator Hostels, Rezdy, Zehus, Fazua, LimeBike et Voopter… appeared first on Travel Hub Magazine.

]]>

Temps de lecture : 6 minutes

Travel Hub Magazine publie un article hebdomadaire sur les nouveaux financements vers les startups des secteurs de l’e-tourisme, de la mobilité et des transports.

Cette semaine nous présentons 12 deals ayant attiré notre attention, dont plusieurs dans les secteurs des transports et de la mobilité. Ce résumé fait suite à celui du 10 mars.

Intel annonce le rachat de Mobileye

Le fabricant de semi-conducteurs Intel poursuit sa percée dans les objets connectés (IoT) en rachetant Mobileye, fabricant de capteurs utilisés pour le développement de véhicules autonomes.

C’est un rachat important pour Intel, en vue de se positionner comme un acteur puissant des objets connectés. Le prix payé est très élevé, entre 14 et 15 milliards de dollars. Un montant bien supérieur à celui des revenus générés par Mobileye, puisqu’environ 26 fois supérieur. La société israélienne profite de nombreux revenus récurrents issus de la vente capteurs à des acteurs du monde automobile. Elle travaille déjà avec 27 constructeurs automobiles. À ce jour, c’est aussi le plus gros rachat d’une startup high-tech en Israël.

Pour les perspectives d’avenir, ce rachat est un gros coup pour Intel. Déjà fortement implantée en Israël pour sa R&D, elle va y déplacer l’ensemble de sa division travaillant sur les véhicules autonomes. Mobileye s’est positionné comme l’acteur majeur autour des capteurs nécessaires à la fabrication et commercialisation de véhicules autonomes.

Source : Intel.

Generator Hostels passe d’une main à l’autre

La chaine d’auberges de jeunesse européenne passe des mains de Patron Capital à celles de Queensgate Investments, un fonds d’investissement (private equity) basé à Londres.

Le montant de cette transaction s’élève à 450 millions d’euros. Le nouveau propriétaire souhaite conserver sa participation à long terme. Il a prévu d’injecter 300 millions d’euros supplémentaires pour l’acquisition de nouvelles propriétés. Le groupe Generator Hostels a généré un revenu de 70 millions d’euros sur l’année 2016, en hausse de 23,5% par rapport à 2015.

Generator Hostels compte actuellement 14 propriétés en Europe, tous ces lieux mettent un fort accent sur la décoration et le design. L’année 2017 marquera le début de son expansion hors du vieux continent, avec l’ouverture d’un hostel aux États-Unis, à Miami.

Source : Skift.

Generator Hostels Copenhagen Chillout Area

Tesla

La société américaine annonce lever 1,15 milliard de dollars sur les marchés financiers. Les fonds proviendront de deux sources : des obligations convertibles (convertible notes/bonds) et de l’édition de nouveaux titres financiers (common stock offering).

Le constructeur de véhicules électriques commence la production de la Tesla Model 3 cette année. Les fonds doivent servir à soutenir le lancement commercial de ce modèle phare, le premier à viser le grand public. Tesla doit sortir un important volume de véhicules de ses lignes de production, plus de 370000 ayant été précommandés.

Le début des livraisons de la Model 3 est un moment critique pour Tesla qui devra prouver sa capacité à produire dans les temps et à échelle plus grande que pour ces modèles précédents. Et ce en faisant face à de nouveaux entrants sur le marché des véhicules électriques, comme Lucid Motors ou et Nio. Sans même parler des constructeurs historiques, qui redoublent d’efforts dans l’électrique.

Source : Tesla.

Rezdy

Cette startup australienne propose une suite d’outils de distribution pour les activités touristiques. Une marketplace mettant en avant les offres de 150 partenaires complète l’offre.

Rezdy récolte 1,8 million de dollars pour sa nouvelle levée de fonds, l’investisseur principal est Bailador Technology Investments, également investisseur dans Siteminder. Ces fonds doivent supporter l’entrée de Rezdy sur le marché américain, un bureau va être ouvert à Las Vegas.

Source : Rezdy.

Zehus

Cette société italienne fabrique des pièces pour équiper les vélos électriques. Basée à Milan, elle ne vend qu’à des fabricants, qui ensuite intègrent les pièces à leurs deux-roues.

Le produit phare de Zehus est le moyeu BIKE+, véritable concentré d’innovation. La pièce intègre moteur, batteries et capteurs au sein d’un seul bloc (le moyeu arrière). Son utilisation ne nécessite pas de recharge.

Zehus annonce une levée de fonds auprès de son investisseur historique, Invitalia Ventures. Havel Srl et une société italienne du secteur automobile, dont le nom n’est pas communiqué, complètent la liste. Le montant de cette levée de fonds est d’1,5 million d’euros.

Lancé en 2013 suite à un spin-off (la reprise d’un projet de recherche pour une application commerciale, ndlr) du département d’électroniques du Politechnico de Milan, le projet s’est vite fait remarquer. Il est notamment récipient d’une bourse européenne Horizon 2020. La startup compte 18 employés, chiffre qui devrait doubler cette année.

Source : Invitalia Ventures.

Fazua

Autre fabricant de vélos électriques, autre levée de fonds. Fuzua est une startup allemande basée à Munich, elle développe un système de pédalier électrique.

Créé en 2011, le premier produit de la société est nommé evation. C’est un système d’assistance au pédalage. Le pédalier intègre un moteur et une batterie qui s’intègre au cadre du vélo. Son lancement commercial est prévu cette année.

Fazua réalise une levée de fonds de 3 millions d’euros auprès d’investisseurs allemands, High-Tech Gruenderfonds et Bayern Kapital GmbH.

Source : High-Tech Gruenderfonds.

LimeBike

Nouvel entrant sur le marché du bikesharing, aux États-Unis cette fois-ci. Limebike souhaite équiper le marché américain de vélo en libre-service, à la manière de Mobike ou ofo en Chine, c’est-à-dire sans station, les vélos disposant d’un cadenas intégré et sont géolocalisables.

LimeBike a annoncé sa levée de fonds (Series A) hier, d’un montant de 12 millions de dollars. Ce tour de table est mené par Jeff Jordan du fonds de capital-risque Andreessen Horowitz (a16z).

Les principaux acteurs du bikesharing aux États-Unis, et donc en compétition face à LimeBike, incluent : Bluegogo, Zagster ou encore Motivate Co (ce dernier opère la flotte Citibike de la ville de New York).

Source : LimeBike.

Limebike Bikesharing USA

Wayray

Un autre fabricant de composants automobile, suisse cette fois. WayRay travaille au développement de Navion, un système de tableau de bord holographique.

Alibaba et une holding russe (Sistema) investissent 18 millions d’euros dans la Series B de Wayray. Le géant du e-commerce chinois a fait ses débuts dans l’automobile l’été dernier avec l’ouverture des précommandes pour la “voiture intelligente RX5”, construite en partenariat avec le constructeur SAIC.

Source : VentureBeat.

Voopter

Créée en 2013 à Rio de Janeiro, Voopter est un outil de comparaison de vols populaire au Brésil. Du type metasearch, il agrège des résultats et redirige ensuite l’utilisateur vers ses partenaires (des compagnies aériennes ou agences de voyages en ligne).

La startup annonce recevoir une Series B d’un montant de 600000 dollars pour soutenir son développement, apportés par le fond qatari Travel Capitalist Ventures, spécialisé dans le secteur du Tourisme. Les fonds doivent servir à la promotion de l’outil ainsi qu’au déplacement de son bureau à Sao Paulo.

Voopter avance être le comparateur de vols numéro un au Brésil, elle vient de dépasser le cap des 2 millions d’utilisateurs mensuels.

Source : Tnooz.

Collective Retreats

Depuis son lancement en 2015, Collective Retreats élabore une offre d’hébergements atypiques, axés haut de gamme.

Implantée dans le Colorado, elle propose dispose de plusieurs campements luxueux dans des régions connues pour leurs espaces naturels : Colorado, Texas et dans la vallée de l’Hudson.

Collective Retreats boucle une levée de fonds d’amorçage de 2,5 millions de dollars auprès d’investisseurs américains : First Round, Slow Ventures, Box Group et BBG Ventures.

Source : Peter Mack, Collective Retreats CEO.

Travel Appeal

Autre outil visant un public de professionnels (hôteliers, restaurateurs). Travel Appeal permet à ces derniers d’avoir de meilleurs leviers pour agir sur leur réputation en ligne.

L’outil développé par Travel Appeal collecte des données à divers endroits du web, comme sur Booking, TripAdvisor et Facebook, les agrèges ces contenus et propose ensuite des pistes d’amélioration. L’interprétation des données est faite par une intelligence artificielle ayant vraisemblablement une capacité d’analyse de sentiments (sentiment analysis).

Cette levée de fonds apporte 720000 euros à la startup italienne. Le nom des business angels n’est pas communiqué. Les fonds seront alloués à la promotion de l’outil dans d’autres pays européens (la majorité des clients actuels sont des groupes hôteliers italiens) ainsi qu’une percée sur le marché américain.

Source : Travel Appeal.

Travel Appeal IA Tourisme

Betterez

Depuis 2011 cette startup canadienne développe un outil pour la réservation, la gestion d’inventaire et l’émission de tickets. Le produit est notamment utilisé par des acteurs de l’industrie du Tourisme (compagnies aériennes, loueurs de véhicules, flottes de bus, etc.).

Betterez boucle une levée d’amorçage auprès d’Amadeus, un des leaders de la gestion d’inventaire dans l’industrie du Tourisme. Le montant de cet investissement stratégique n’est pas dévoilé.

Source : Amadeus.

L’ensemble de nos articles sur les investissements dans la mobilité, le tourisme et les transports, sont à retrouver ici.

Image de couverture : Generator Hostels, Stockholm.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

The post Financements des startups : Generator Hostels, Rezdy, Zehus, Fazua, LimeBike et Voopter… appeared first on Travel Hub Magazine.

]]>
https://travelhubmag.com/2017/03/financements-startups-generator-hostels-rezdy-zehus-fazua-limebike/feed/ 1 2045
Financements des startups : Airbnb, Factory, 5Lmeet, Turnkey, Hostmaker et Guesttoguest https://travelhubmag.com/2017/03/financements-startups-airbnb-factory-5lmeet-turnkey-hostmaker-guesttoguest/ https://travelhubmag.com/2017/03/financements-startups-airbnb-factory-5lmeet-turnkey-hostmaker-guesttoguest/#respond Fri, 10 Mar 2017 18:42:42 +0000 https://travelhubmag.com/?p=1889 Temps de lecture : Travel Hub Magazine publie un article hebdomadaire sur les nouveaux financements vers les startups des secteurs de l’e-tourisme, de la mobilité et des transports. Cette semaine nous présentons 6 deals, ce résumé fait suite à celui du 2 mars. Cette semaine Airbnb annonce une nouvelle levée massive, de quoi poursuivre le […]

The post Financements des startups : Airbnb, Factory, 5Lmeet, Turnkey, Hostmaker et Guesttoguest appeared first on Travel Hub Magazine.

]]>

Temps de lecture : 3 minutes

Travel Hub Magazine publie un article hebdomadaire sur les nouveaux financements vers les startups des secteurs de l’e-tourisme, de la mobilité et des transports.

Cette semaine nous présentons 6 deals, ce résumé fait suite à celui du 2 mars. Cette semaine Airbnb annonce une nouvelle levée massive, de quoi poursuivre le développement d’Airbnb Trips.

Airbnb

La plateforme de San Francisco continue son développement et remplit son trésor de guerre avec une nouvelle levée de fonds. Le leadership de ce qui est maintenant la startup la mieux valorisée après Uber, effectue une tournée séduction en Europe.

L’enjeu est de taille. Plusieurs villes comme Paris ou Barcelone commencent à comprendre le poids qu’elles peuvent faire peser sur la startup américaine. C’est l’heure des feature requests, et non, limiter le nombre de nuitées ou s’organiser pour collecter une taxe de séjour n’est pas difficile à implémenter…

La levée de fonds annoncée hier est en fait la seconde partie de celle de septembre. Les investisseurs historiques d’Airbnb, Sequoia et Andreessen Horowitz mettent 447 millions de dollars sur la table. Cela porte le total de cette Series F à un peu plus d’1 milliard de dollars. À première vue la valorisation d’Airbnb n’a que très peu évolué entre ces deux investissements. Dans le monde des startups hyper capitalisées, c’est vu comme un mauvais signe.

Ces montants énormes permettront à Airbnb de rester une société privée pour encore quelque temps. Ainsi de ne pas être soumise aux règles de transparence requises par les marchés financiers. Financer son internationalisation et monter en gamme (notamment avec le rachat de Luxury Retreats), et continuer son chemin vers la rentabilité.

Source : Reuters / SEC form.

Factory

Parapluie à idées et créateur d’espaces de coworking. Cette startup de la scène berlinoise mélange beaucoup de choses. Elle reprend tous les codes de l’écosystème dans son manifesto, véritable catalogue de la novlangue employée par certaines startups.

Après avoir développé l’espace Silicon Allee à Berlin (7000 m^2); Factory vient de poser ses valises à Lisbonne : décrétée nouvelle capitale des startups en Europe. Pour le moment, c’est surtout le cas pour les freelancers et travailleurs nomades. Bonne nouvelle pour eux, Factory prévoit l’ouverture d’un espace.

Factory lève 1 million d’euros pour étendre son concept à l’international. Parmi les investisseurs on retrouve le réseau d’accélérateurs 500 startups ainsi que plusieurs business angels.

Source : Gruenderszene.

Factory coworking Berlin Silicon Allee

5Lmeet

Une autre marque d’espaces de coworking, 5Lmeet est la création de Mao Daqing, aussi fondateur d’UrWork dont nous parlions il y a quelques semaines. Ancien vice-président de Vanke, gigantesque promoteur immobilier chinois.

5Lmeet se positionne sur la tendance du co-living, des co-working qui proposent en plus des espaces de vie et une foule de services labellisés lifestyle. Disposant déjà d’un espace au coeur de Pékin, dans le quartier de Dongcheng, 5Lmeet prévoit d’en ouvrir 4 autres dans la capitale ainsi que d’autres à Shanghai et dans la région du Henan.

Cette levée de fonds semble être le moyen de faire entrer le fonds souverain de Singapour au capital, GIC. Ce dernier apporte 100 millions de rembini (soit plus de 13,5 millions d’euros) avec un organisme de promotion du tourisme et de la culture basé à Kaifeng dans le Henan. Notons que ce montant est 4 fois inférieur à la précédente levée, réalisée en octobre 2016.

5Lmeet dispose de beaucoup de capital, mais surtout d’un accès privilégié aux principaux promoteurs chinois. Pour UrWork comme pour 5Lmeet, l’idée est de transformer des lots de bureaux sous-utilisés en espaces de travail plus branchés (et espaces de vie pour 5Lmeet).

Source : South China Morning Post

TurnKey

Ce gestionnaire de propriétés basé à Austin propose ses services dans une quarantaine de villes américaines. Turnkey se focalise sur les locations de vacances haut de gamme. Son service aide les propriétaires de tels biens à gérer les locations saisonnières, la promotion ainsi que la maintenance.

Turnkey réalise une levé de fonds Series C auprès de 3 fonds d’investissements américains, lui apportant 21 millions de dollars. Parmi les précédents investisseurs, on retrouve Rich Barton, ancien de Microsoft ayant fondé Expedia.

Source : WSJ (derrière un paywall).

Turnkey management proprietés Airbnb

Hostmaker

Même business que celui présenté au-dessus, mais focalisé sur l’Europe. Plus précisément à 4 villes connues pour être des destinations très visitées : Barcelone, Londres, Paris et Rome.

Là encore, il s’agit d’un gestionnaire de propriétés pour des locations saisonnières. Le but, complètement avoué, est de maximiser le retour sur investissement d’achats immobiliers dans ces villes européennes. Un des moyens pour y arriver : mettre le bien sur Airbnb et en laisser la gestion courante à Hostmaker, qui prélève une commission.

Cette levée de fonds apporte 5 millions de livres sterling à la startup londonienne (soit 5,7 millions d’euros à l’écriture de ces lignes). Ce tour de table amène le fonds parisien Vantech au capital. L’investisseur historique DN Capital l’accompagne.

Source : Hostmaker.

GuestToGuest

La startup parisienne spécialisée dans l’échange de maison réalise un beau doublé. Elle acquiert son principal concurrent, l’américain Home Exchange et annonce une levée de fonds de 33 millions d’euros.

L’assureur MAIF rentre au capital aux côtés d’un autre investisseur, Aylan Group. Côté chiffres, la réunion des deux entités permet de proposer plus de 400000 biens disponibles à l’échange, dans 187 pays. Les deux marques vont continuer d’évoluer séparément.

Source : GuesttoGuest.

L’ensemble de nos articles sur les investissements dans la mobilité, le tourisme et les transports, sont à retrouver ici.

Image couverture : Unsplash

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

The post Financements des startups : Airbnb, Factory, 5Lmeet, Turnkey, Hostmaker et Guesttoguest appeared first on Travel Hub Magazine.

]]>
https://travelhubmag.com/2017/03/financements-startups-airbnb-factory-5lmeet-turnkey-hostmaker-guesttoguest/feed/ 0 1889