Espace de coworking WeWork image couverture

Ouverture d’un espace de coworking WeWork à Paris en 2017

Temps de lecture : 4 minutes

WeWork est un réseau mondial d’espaces de travail partagés, les fameux espaces de coworking. L’entreprise est crée à New-York par Adam Neumann et Miguel McKelvey en 2010. Leur premier espace parisien prévoit d’ouvrir début 2017, à proximité de la gare Saint-Lazare, au 33 rue Lafayette.

Cette annonce est une bonne occasion pour revenir sur l’histoire récente de la société reine du coworking.

Carte des espaces de coworking WeWork à travers le monde

En rouge les espaces de coworking WeWork actifs, en bleu ceux dont l’ouverture est proche (quelqu’un ne sait visiblement pas où placer Paris..!) (source: WeWork) 

Un réseau global

Bien que WeWork ne prévoit une ouverture à Paris qu’en 2017, la société n’en est pas à son coup d’essai. Une de ses forces est la taille de son réseau, comptant 123 espaces dans 38 villes à travers le monde. Chaque membre s’inscrit dans un espace de coworking WeWork, libre à lui ensuite d’utiliser les autres lors de déplacements (ce qui implique des frais additionnels).

Facade rue Lafayette WeWork

La façade de l’immeuble du 33, rue Lafayette à Paris (source Google Streetview).

Fidèle à son mode de fonctionnement basé sur le leasing, WeWork a signé un bail de 12 ans avec DEKA Immobilien pour la location de l’immeuble (11,000 m²) de la rue Lafayette. Cet immeuble va être découpé en plusieurs plateaux de type open space et en bureaux privatifs qui seront ensuite reloués à des travailleurs indépendants ou jeunes startups.

WeWork a démarré de la même manière à New-York avec la location d’un ancien immeuble, rapidement aménagé pour accueillir les freelancers et entrepreneurs locaux.

À l’époque le concept de coworking n’est pas nouveau, WeWork n’en est pas l’instigateur. La startup a cependant réussi à construire un véritable empire autour de sa marque et de l’image qu’elle véhicule.

L’importance de la communauté

WeWork s’envisage comme une plateforme par ses fondateurs, au service d’un mouvement: celui des travailleurs indépendants, des créatifs et autres travailleurs remote. Cette idée de communauté rassemblée autour d’une mission est très importante pour WeWork. Avec sa forte croissance c’est l’autre élément qui lui permet de dépasser (en valorisation) des concurrents plus vieux et mieux implantés, mais avec un esprit plus corporate, Regus en est l’exemple.

Depuis 2010, les choses se sont sérieusement accélérées pour WeWork. L’expansion du réseau passe par l’ouverture de nouveaux espaces de coworking, d’abord aux États-Unis puis à l’étranger.

Levés de fonds après levés de fonds (la startup en est à la huitième depuis 2012) le réseau s’est développé à l’international. Sa présence actuelle s’étend à 19 villes américaines, des villes européennes réputées pour accueillir un grand nombre de créatifs (Amsterdam, Berlin, Londres) mais aussi en Asie (Corée du Sud, Hong Kong, Chine), au Mexique, en Israël, etc.

Insertion dans l’écosystème parisien

À Paris, WeWork arrive sur un marché déjà bien servi sur le plan des offres de coworking.

Cette ouverture permettra surement de gagner de nouveaux membres, mais surtout d’offrir un espace de travail dans la capitale française aux membres déjà existants.

Apercu carte des espaces de coworking à Paris

L’image ci-dessus est extraite de Google maps et donne un aperçu des espaces de coworking présents à Paris (non exhaustif).

Avec un immeuble pour 12 ans WeWork vient s’inscrire sur la durée dans l’écosystème parisien. Le poids de son réseau international, ses membres et un important capital ont certainement été utiles pour la négociation du bail de location. La prochaine étape sera de séduire les entrepreneurs et travailleurs indépendants parisiens qui font déjà face à de nombreuses options.

L'espace parisien WeWork t'intéresse ?
Ce formulaire permet de nous demander un parrainage

L’accès à l’espace de coworking WeWork est payant, et n’est pas réputé pour être parmi les moins chers. Le prix mensuel à payer dépend de la formule choisie (simple accès à l’espace, bureau fixe ou privatif, etc.). Il existe aussi un abonnement (facturé 45$ par mois) pour rejoindre le réseau social de coworkers WeWork.

La tarification des espaces WeWork à Amsterdam

Pour rejoindre WeWork dans l’un de ses deux espaces de coworking à Amsterdam, il faut compter entre 230 et 460 euros mensuels (en fonction de la formule).

À Londres la location d’un bureau privatif dans le quartier branché de Soho atteint 1000 livres sterling par mois. À l’opposé, une place (non fixe) dans celui d’Aldgate Tower est facturée 250 livres sterling. La tarification pour l’espace parisien n’a pas encore été annoncée, les prix indiqués pour Amsterdam et Londres sont énoncés ici pour donner un référentiel. Les marchés immobiliers des trois villes étant très différents.

Du coworking au co-living

Forte d’une communauté grandissante (plus de 60000 membres selon la société), de beaucoup de dollars et d’une immense ambition la startup s’est récemment lancée dans le co-living.

Le concept de co-living applique la recette du coworking à la location d’appartements. Ainsi en avril dernier, WeLive a ouvert à New-York et Washington DC. L’idée, simple, est de proposer à la location des appartements entièrement meublés et sans bail contraignant, la location pouvant se renouveler d’un mois à l’autre.

Encore une fois, ce concept basique (très proche d’une résidence pour étudiants ou jeunes actifs) s’accompagne d’un bel enrobage, celui de la mission et de l’image de marque de WeWork. Le slogan des espaces WeLive résume bien les choses : “Une nouvelle façon de vivre”, rien que ça.

Une présentation pour investisseurs avait fuité en 2014, laissant entrevoir l’ouverture de 14 espaces WeLive d’ici la fin 2016. Avec 2 espaces WeLive ouverts au moment de l’écriture de ces lignes, l’objectif sera vraisemblablement loin d’être atteint. Ces ratés n’effraient pourtant pas les investisseurs.

La Chine, le focus actuel de la société

Début octobre, WeWork a annoncé avoir bouclé la seconde partie d’une levée de fonds entamée en mars dernier. D’un montant de 260 millions de dollars, ces fonds vont permettre à la société de continuer son expansion en Asie d’après le Wall Street Journal.

Et plus particulièrement en Chine (WeWork a déjà ouvert à Shanghaï). Les fonds pour ce dernier tour de table proviennent d’ailleurs d’investisseurs chinois, dont le groupe hôtelier Jin Jiang. Depuis ce financement la valorisation de WeWork atteint 16,9 milliards de dollars, contre 10 pendant l’été 2015. Cela fait de la société l’une des plus importantes sur le marché de la location de bureaux, bien qu’elle ne gère que très peu de mètres carrés par rapport aux leaders du secteur.

Image de couverture: WeWork.

Quelque chose à ajouter ? Dites-le en commentaire.

Newsletter Tourisme + Tech

Les dernières infos Tourisme et Tech.*

Merci pour ton inscription !

Erreur dans l'inscription :/

editor 44 Articles

Une question? Un retour? Victor@travelhubmag.com

Leave a Reply

Partager